Entremet Poire – Vanille – Praliné

Depuis le temps que j’y songe je me suis dit qu’il était temps de commencer à créer mes propres pâtisseries. Je l’avais déjà fais avec les fantastiks mais là j’ai plutôt envie de travailler les entremets et par la même occasion tester mes nouveaux moules silikomart reçus hier 🙂 Un superbe cadeau de noël mais je crois que certains ou tous seront essayés avant 😉 Je suis partie sur un dessert tout en douceur alliant la poire, la vanille et le praliné. Toutes les textures sont présentes: le moelleux apporté par le biscuit à la poire, le croustillant avec le praliné feuilleté, le crémeux et le fondant grâce au crémeux vanille et la gelée de poire. La mousse à la poire apporte beaucoup de légèreté. Mes testeurs m’ont félicitée 😉

DSC_0528bis

bis

Pour un cadre de 18x18cm soit 6 à 8 personnes:

Pour le biscuit moelleux aux poires:

  • 131g œufs
  • 39g sucre inverti (à défaut du miel)
  • 65g sucre
  • 39g poudre d’amandes
  • 65g crème
  • 70g farine
  • 4g levure
  • 53g beurre fondu à 45°C
  • 150g poires au sirop maison ou du commerce

Mélanger les œufs, le sucre inverti, et le sucre semoule. Ajouter la poudre d’amandes, la farine tamisée et la levure puis verser la crème et le beurre. Incorporer délicatement les poires détaillées en cubes. Laisser reposer quelques heures au frigo puis verser dans un cadre de 18 x 18 cm et enfourner pour 10 minutes à 180°C puis +/- 5 minutes à 150°C. Décercler puis laisser refroidir sur une grille.

DSC_0471bis

Une fois froid découper le biscuit aux dimensions du cadre c’est à dire 16 x 16cm puis le déposer au fond de cadre sur une plaque chemisée de papier sulfurisé.

Pour le praliné feuilleté:

  • 50g de praliné (j’ai réalisé celui de la recette du Russe mais vous pouvez aussi en utiliser un du commerce)
  • 50g pâte de noisettes maison ou du commerce
  • 10g beurre doux
  • 25g chocolat au lait
  • 23g feuilletine (gavottes émiettées)

Faire fondre le chocolat et le beurre au bain-marie puis mélanger dans un bol l’ensemble des ingrédients.

20141128_144907

Étaler sur le biscuit puis réserver une trentaine de minutes au congélateur.

Pour le crémeux vanille:

  • 75g lait demi-écrémé
  • 100g crème liquide
  • 1 gousse de vanille
  • 1/2 cc d’extrait de vanille liquide sans alcool
  • 25g jaunes d’oeufs
  • 1g sucre
  • 85g chocolat blanc
  • 2g gélatine en feuille 200 blooms

Réhydrater la gélatine 15 minutes dans de l’eau froide.

Faire bouillir le lait et la crème puis ajouter la vanille et laisser infuser 10 minutes. Passer au chinois et remettre sur le feu jusqu’à ébullition. Pendant ce temps, blanchir les jaunes avec le sucre puis verser le lait chaud dessus en mélangeant. Mettre le tout dans une casserole et cuire la crème anglaise à 83°C ou jusqu ‘à ce que la crème nappe la cuillère en remuant constamment.

Incorporer hors du feu la gélatine essorée puis le chocolat blanc. Mixer au mixeur plongeant puis laisser refroidir. Aux alentours de 40°C verser sur le croustillant et réserver au congélateur environ 1 heure (le crémeux doit être dur).

Pour la purée de poires gélifiée:

  • 150g purée de poires
  • 15g sucre
  • 1,5 cs de jus de citron
  • 1,5cs eau de vie de poire
  • 3g gélatine en feuilles 200 blooms

Réhydrater la gélatine 15 minutes dans de l’eau froide.

Faire chauffer la purée, le sucre, l’eau de vie et le citron sur feu moyen jusqu’à atteindre l’ébullition. Hors du feu, incorporer la gélatine essorée.

Une fois tiède, verser la purée sur le crémeux.

Pour le mousse de poires:

  • 16g sucre
  • 4g glucose
  • 6g eau
  • 24g jaunes d’œufs

Réaliser un sirop avec le sucre, le glucose et l’eau en faisant chauffer ce mélange jusqu’à atteindre 118°C.

Pendant ce temps, battre les jaunes puis verser en filet le sirop à 118°C tout en continuant de fouetter. Fouetter à grande vitesse jusqu’à complet refroidissement.

  • 80g purée de poires
  • 1cs liqueur de poires
  • 7g gélatine en feuilles 200 blooms
  • 72g couverture Ivoire (chocolat blanc de couverture)
  • 240g crème liquide entière
  • 15g sucre
  • 200 poires au sirop détaillées en cubes

Réhydrater la gélatine 15 minutes dans de l’eau froide.

Faire chauffer la purée et la liqueur puis y incorporer hors du feu la gélatine essorée puis le chocolat. Mixer puis laisser refroidir jusqu’à atteindre 40°C.

Pendant ce temps, dans le bol du robot ou un saladier bien froid monter la crème bien froide en chantilly en incorporant petit à petit les 15g de sucre.

Lorsque le mélange (purée, liqueur, gélatine, chocolat) atteint 40°C, incorporer la préparation réalisée précédemment (sucre, glucose, eau, jaune d’œuf), la chantilly puis les cubes de poires. Réserver.

Décercler l’insert congelé en vous passant un coup de sèche-cheveux le long des parois afin de faciliter l’opération.

Déposer cet insert dans un cadre de 18 x 18 cm posé sur une plaque chemisée de papier sulfurisé puis verser la mousse à la poire et lisser. Réserver au minimum 4 heures au congélateur.

Vous pouvez sans problème conserver votre entremet plusieurs jours au congélateur.

Pour le flocage:

  • 120g chocolat Dulcey
  • 80g beurre de cacao

Chauffer les 2 ingrédients à 45°C puis verser dans le bol du pistolet. Pulvériser à 30 cm de distance puis décorer selon vos goûts. Réserver au frigo jusqu’à complète décongélation.

DSC_0506bis

Régalez-vous 😉

 

 

 

 

L’Eclipse Abricot-Romarin-Dulcey

Ce dessert est grandement inspiré de l’épreuve créative de Cyril dans l’émission le meilleur pâtissier. J’ai utilisé sa recette pour l’insert abricot par contre j’ai choisi de faire une mousse au chocolat Dulcey et non blanc. J’ai également préféré réaliser mon glaçage habituel. Pour ce qui est de la base, j’ai tenté son moelleux mais je n’ai vraiment pas été convaincue, je l’ai trouvé sec, caoutchouteux. Je vous donne tout de même sa recette mais vous propose aussi un biscuit madeleine par lequel je le remplacerais si je devais le refaire. Pour ce qui est du résultat, c’est un dessert frais, léger, aux saveurs originales et bien équilibrées. A refaire 😉

DSC_0460bis

DSC_0439bis

Pour le moule Eclipse de chez Silikomart (à défaut un cercle de 18cm de diamètre) soit 6 personnes:

  • diamètre:180 mm
  • hauteur: 45 mm

Pour le moelleux au romarin:

  • 40g jaunes d’oeufs
  • 32,5g sucre semoule
  • 16g poudre de noix
  • 7,5g eau
  • 1g vanille liquide
  • 1 pincée de sel
  • zestes d’1/4 citron jaune
  • 62,5g blancs d’oeufs
  • 40g sucre
  • 100g farine
  • 7,5g huile d’olives
  • +/- 1 branche de romarin

Mélanger dans un cul de poule 7,5g de sucre en poudre, les jaunes d’œufs, la poudre de noix, les zestes, l’eau, la vanille et le sel.

Hacher grossièrement les feuilles de la branche de romarin.

Dans une poêle, préparer un caramel à sec en faisant chauffer sur feu moyen 25g de sucre en poudre puis y ajouter les feuilles de la branche de romarin. Verser sur une feuille de papier sulfurisé et réserver. Une fois refroidi, mixer le caramel afin d’en obtenir une poudre.

Monter les blancs en neige puis les serrer avec 40g de sucre en poudre

Incorporer délicatement le premier mélange aux blancs montés puis la poudre de caramel au romarin.

Ajouter délicatement la farine tamisée puis l’huile d’olive.

Étaler la pâte avec une spatule métallique coudée sur une plaque recouverte de papier sulfurisé et enfourner pour +/- 12 minutes.
Laisser refroidir entre deux torchons humides pour conserver du moelleux. Une fois refroidi, découper un disque de 16 cm de diamètre et le mettre dans un cercle du même diamètre. Réserver.

Si vous avez décidé de suivre mon conseil je vous donne la recette de mon biscuit madeleine 😉

Pour le biscuit madeleine (recette de Philippe Conticini):

  • 1 gros œuf
  • 51g farine T55
  • 2,5g levure
  • 60g sucre semoule
  • 5g huile
  • 55g beurre
  • 21g lait
  • 1/2 gousse de vanille
  • zestes d’1/4 de citron
  • 0,7g fleur de sel
  • +/- 1 branche de romarin frais

Préchauffer le four à 150°C.

Faire chauffer le lait et y laisser infuser la branche de romarin jusqu’à complet refroidissement.

Faire chauffer dans une casserole le beurre, l’huile, la fleur de sel et la vanille jusqu’à atteindre 65°C. Ajouter le lait froid infusé puis chinoiser et mixer pendant 1 minute au mixeur plongeant.

Parallèlement, mélanger au batteur les œufs et le sucre puis ajouter la farine et la levure tamisées puis, quand elle est revenue à 50-60°C incorporer le mélange précédent.

Verser dans un moule à manquer de 18 cm de diamètre.

DSC_0228bis

Enfourner pour +/- 15 minutes. Réserver sur une grille.

DSC_0239bis

Une fois refroidi, découper un disque de 16cm de diamètre si vous utiliser un moule éclipse et conservez le intact si vous utilisez un cercle de 18 cm de diamètre.

Pour la gelée d’abricot au romarin:

  • 300g purée d’abricots
  • 30g miel de lavande
  • +/- 1 branche de romarin frais
  • 4,8g gélatine en feuilles

Réhydrater la gélatine 15 minutes dans de l’eau froide.

Faire compoter quelques minutes le miel, la purée d’abricots et le romarin puis passer au chinois. Hors du feu, incorporer la gélatine essorée.

Couler dans un cercle de 16 cm de diamètre et faire prendre au moins 2 heures au congélateur.

Pour la mousse au chocolat dulcey:

  • 95g lait entier
  • 1 jaune d’œuf
  • 10g sucre en poudre
  • 190g chocolat Dulcey
  • 3g gélatine en feuilles
  • 170g crème liquide montée (càd fouettée jusqu’à obtenir la consistance d’une chantilly)

Réhydrater la gélatine 15 minutes dans de l’eau froide.

Blanchir le jaune avec le sucre puis verser dessus le lait chaud tout en fouettant puis remettre sur le feu et cuire jusqu’à atteindre 84°C ou que la crème nappe la cuillère. Incorporer la gélatine essorée hors du feu puis verser sur le chocolat Dulcey. Mixer au mixeur plongeant.

Une fois le mélange à 40°C, incorporer la crème montée.

Pour le moule éclipse: verser une partie de la mousse au fond du moule puis déposer l’insert d’abricot congelé décerclé, recouvrir de mousse et terminer en mettant le biscuit.

Si vous utilisez un cercle de 18cm: couler une partie de la mousse puis déposer l’insert à l’abricot congelé décerclé, recouvrir de mousse et terminer en mettant le biscuit.

Réserver au minimum 4 heures au congélateur.

Pour le glaçage:

  • 75g eau
  • 150g glucose
  • 150g sucre
  • 100g lait concentré sucré
  • 70g masse gélatine (càd 10g de gélatine en poudre 200 bloom réhydratée dans 60g d’eau)
  • 150g chocolat blanc
  • colorant orange et rouge fraise

Chauffer à 103°C l’eau, le glucose et le sucre.

Verser ce mélange sur le lait concentré puis ajouter la masse gélatine fondue à 60 degrés.

Verser sur le chocolat et le colorant puis laisser fondre 2/3 minutes.

Mixer 4 minutes au mixeur plongeant en faisant attention de ne pas incorporer d’air afin d’éviter la formation de bulles.

Verser dans un récipient, filmer au contact et le fermer. Réserver au frigo jusqu’au lendemain.

Le lendemain réchauffer au bain-marie à 35°C environ. Mixer 1 minute puis couler lorsqu’il atteint 28/30°C.

Décorer selon vos goûts.

DSC_0427bis

Régalez-vous 😉

 

 

 

 

 

 

 

Le Maroc

La saison 5 du Meilleur Pâtissier vient de reprendre et comme vous le savez déjà j’aime me lancer dans l’épreuve imposée de Mercotte. En gardant l’espoir de les réaliser sur le plateau de l’émission l’année prochaine 😉 Je débute donc cette année par le Maroc qui est finalement très simple à confectionner, la seule difficulté étant d’obtenir des couches bien nettes et régulières et une crème au beurre bien mousseuse. Si vous suivez la recette pas à pas en prenant votre temps, ce sera un jeu d’enfant 😉 Comme Mercotte le précise ces recettes oubliées ne l’ont souvent pas été pour rien mais là sincèrement nous l’avons tous apprécié. Le biscuit noisette bien croustillant et peu sucré est à tomber. Je n’avais jamais testé le kirsch dans la crème au beurre et c’est vraiment à refaire. Si je devais donner un tout petit bémol c’est que le gâteau est un tout petit peu trop sucré mais c’est vraiment pour chipoter 😉

DSC_0340bis

Pour une plaque de 30 x 40cm:

Pour le biscuit noisette:

  • 250g poudre de noisettes
  • 250g sucre semoule
  • 50g chocolat noir de couverture
  • 150g beurre doux fondu
  • 100g œufs

Préchauffer le four à 180°C.

Faire fondre le chocolat au bain-marie ou au micro-ondes.

Dans la cuve du robot équipé de la feuille ou dans votre saladier, mélanger le sucre, la poudre de noisettes et le chocolat fondu.

Ajouter les jaunes et bien mélanger.

Monter les blancs au bec d’oiseau c’est à dire qu’ils forment une pointe en bec d’oiseau au bout du fouet et avoir une consistance de crème à raser. Pour cela, il faut les monter à vitesse régulière sans les agresser afin d’avoir un foisonnement régulier. Puis les incorporer délicatement à la préparation puis ajouter le beurre fondu tiède.

DSC_0290bis

Verser sur la plaque chemisée de papier sulfurisé et bien lisser à la spatule.

DSC_0293bis

Enfourner pour 20 minutes. Laisser tiédir puis couper en 4 rectangles.

DSC_0305bis

Pour la crème au beurre:

  • 99g jaunes d’oeufs
  • 206g sucre semoule
  • 61g eau
  • 206g beurre doux mou
  • 27g kirsch
  • 1,3g colorant en poudre vert pistache (je n’en avais pas donc j’ai fais un vert avec du bleu et du jaune qui est donc beaucoup moins flashy)

Faire mousser les jaunes au fouet.

Cuire à 121°C le mélange eau + sucre puis le verser délicatement sur les jaunes en fouettant continuellement. Poursuivre jusqu’à complet refroidissement.

DSC_0302bis

Ajouter petit à petit le beurre pommade c’est à dire ramolli à température ambiante à consistance d’une crème en fouettant à petite vitesse.

DSC_0296bis

Lorsque le mélange est onctueux, ajouter délicatement le kirsch et le colorant et continuer à fouetter jusqu’à obtenir une crème lisse et homogène.

Réserver quelques minutes au frigo dans une poche à douille afin qu’elle prenne un peu de consistance.

Pour le glaçage cacao:

  • 42g eau
  • 126g sucre semoule
  • 42g cacao en poudre
  • 84g crème liquide 35% MG
  • 6g gélatine

Faire ramollir la gélatine 15 minute dans de l’eau froide.

Faire bouillir l’eau et le sucre puis verser petit à petit le sirop bouillant sur le cacao tamisé tout en fouettant afin d’obtenir un mélange homogène.

Porter la crème à ébullition puis y incorporer hors du feu la gélatine essorée puis verser sur le mélange précédent et lisser au fouet.

Verser dans un cul de poule refroidi au congélateur afin de faire redescendre rapidement la température tout en remuant régulièrement.

Pour le montage:

  • 100g poudre de pistache
  • 150g chocolat de couverture Ivoire (75 suffisent largement)

Pour la poudre de pistaches, il vous suffit de mixer des pistaches.

DSC_0311bis

Poser un rectangle de biscuit totalement froid sur une feuille de papier sulfurisé puis le recouvrir d’une couche de crème au beurre.

DSC_0309bis

Renouveler les étapes en terminant par une couche de biscuit. Lisser la crème sur les bords.

DSC_0314bis

Mettre une petite demi heure au congélateur.

Faire fondre le chocolat blanc puis réaliser un cornet (voir vidéo) et écrire sur une feuille guitare et de papier cuisson le mot MAROC puis recouvrir de poudre de pistache et laisser cristalliser.

Sortir le gâteau du congélateur et verser le glaçage qui doit être à une température de 20-25°C.Lisser à la spatule puis décorer les côtés avec la poudre de pistache. Déposer les lettres une à une sur le dessus du gâteau.

Réserver au frigo jusqu’au moment de servir.

DSC_0323bis

Régalez-vous 😉

 

L’irrésistible abricot et pralines roses

Je suis depuis plusieurs années déjà le blog « J’en reprendrai bien un bout » et j’ai donc vu défiler ses différentes versions de l’irrésistible. J’ai tout de suite eu envie de tester celui à l’abricot mais comme Isabelle le précise il faut absolument avoir des pralines de très très bonne qualité ce que je n’avais pas. Il y a quelques jours, je me suis décidée à commander les meilleures paraît-il 😉 chez Pralus à Lyon. A peine reçues, je les ai bien évidemment goûtées: un régal! Mes abricots attendaient dans la corbeille, j’allais enfin pouvoir tester ce gâteau ayant reçu tant de compliments par ses lecteurs.C’est juste une tuerie!!! C’est un gâteau moelleux, fondant, à la texture humide grâce à la ricotta et au jus des fruits. Les pralines donnent le craquant mais aussi le sucre. Le chocolat blanc sucre également et apporte une délicieuse saveur. Les abricots fournissent la touche d’acidulé indispensable. Bref j’ai adoré et je vais très vite le tester avec un autre fruit 🙂

DSC_0059bis

DSC_0074bis

Pour un moule à manquer de 26 cm de diamètre:

– 170g chocolat blanc de couverture

– 150g beurre doux

– 3 gros œufs

– 100g sucre

– 250g ricotta

– 2g sel

– 170g farine T45 tamisée

– 12g levure chimique

– 10 beaux abricots mûrs mais encore légèrement fermes

– 200g pralines roses concassées

Préchauffer le four à 180°C.
Faire fondre le chocolat avec le beurre.

Blanchir les œufs avec le sucre et le sel. Ajouter la ricotta et fouetter. Ajouter la farine et la levure et mélanger à vitesse maximale afin d’homogénéiser la préparation. Incorporer le mélange beurre/chocolat et fouetter jusqu’à l’obtention d’un appareil bien homogène.

Verser la moitié dans le moule à manqué, recouvrir d’oreillons d’abricots (face bombée sur le dessus) puis parsemer avec la moitié des pralines. Couler le restant de l’appareil, recouvrir de nouveau d’oreillons d’abricots et terminer par le restant des pralines.

DSC_0055bis

Enfourner pour 50 minutes en surveillant la coloration. Laisser entièrement refroidir dans le four porte entrouverte. Démouler délicatement et saupoudrer de sucre glace. Réserver sous cloche quelques heures voir même une nuit afin que les arômes se diffusent tout en conservant tout son moelleux.

DSC_0078bis

Régalez-vous 😉

Macarons Fraise – Menthe – Kalamansi

Comme vous le savez déjà, c’est le parfum que j’ai présenté à la finale nationale du concours du macaron amateur. Dès le départ, je savais que le kalamansi ferait partie des saveurs de ce macaron. La fraise s’est ensuite imposée presque comme une évidence. Ma fille en raffole et je voulais lui faire un petit clin d’œil. Par chance l’alliance des deux m’a tout de suite convaincue. Mais il me manquait une petite pointe de fraîcheur que j’ai amenée avec quelques feuilles de menthe fraîche. Le choix du parfum étant fait je me suis trouvée confrontée à un petit problème: mes coques ramollissaient trop vite. Heureusement mon super coach Vincent Guerlais était là 🙂 Je lui adresse une nouvelle fois tous mes remerciements.

Pour une 60aine de macarons:

Pour les coques:

– recette ici

Pour la ganache au kalamansi:

– 120g purée de kalamansi
– 1,8g dextrose monohydraté
– 226g couverture Ivoire
– 42g beurre doux pommade

Si vous habitez aux alentours de Nantes, vous pourrez trouver du Kalamansi chez Gabopla à Sainte Luce Sur Loire (marque Boiron).

Si vous êtes sur Paris, vous pourrez en trouver chez G Detou (marque Ponthier).

Faire fondre à moitié le chocolat.
Chauffer la purée de kalamansi pour atteindre environ 60°. Hors du feu, ajouter le dextrose et mélanger.
Incorporer en 5 fois la purée à 60° en mélangeant bien entre chaque ajout afin de réaliser l’émulsion.
Ajouter le beurre lorsque le mélange atteint 40°.
Réserver dans un plat au frigo puis mettre dans une poche à douille munie d’une douille unie.

Pour la gelée fraise – menthe:

– 200g fraises gariguettes
– 2g feuilles de menthe
– 2,4g pectine NH
– 60g sucre cristal
– 2g acide citrique

Mixer les fraises et la menthe afin d’obtenir une purée. Réserver 1 nuit au frais.
Mélanger la pectine avec le sucre. Faire chauffer la purée puis y ajouter tout en fouettant le mélange sucre-pectine et laisser bouillir 1 minute. Hors du feu, ajouter l’acide citrique. Couler dans un cadre puis filmer au contact et réserver.

Montage:

Pocher sur chaque coque un cordon de ganache ainsi qu’une petite quantité au centre de chacune. Ajouter un disque de gelée à l’intérieur de l’un des cercles formé par le cordon de ganache et refermer.

Pour un goût le plus équilibré possible, je vous conseille de peser la ganache et de mettre 2/3 de ce poids en gelée.

11391733_1130958840254497_1302080612374766516_n

Réserver au frais durant 24h.

11167962_1128546110495770_7520986181101913242_n(1)

Un grand merci également à Barbara et « The Little Recettes » pour les photos.

Fondant au caramel

Et oui encore une recette avec du caramel… promis la prochaine ne le sera pas 😉 Si comme moi vous l’adorez, cette recette va vous ravir c’est certain!

Comme vous le verrez, il est assez riche, c’est pourquoi il est confectionné dans un moule de petite taille car une petite part suffit ou pas… 😉 Ce délice est tout droit venu d’un de mes blogs préférés « La cuisine de Bernard ».

La recette est vraiment toute simple. La seule chose qui peut faire peur à certain est la réalisation du caramel mais je vous assure, il n’y a pas de raison ça n’est vraiment pas compliqué…

La première fois que je l’ai vu, je l’ai tout de suite mis dans la liste de mes recettes à faire de toute urgence! Puis j’ai trouvé un commentaire un peu mitigé sur un autre blog que j’affectionne beaucoup. J’ai donc repoussé l’essai puis je me suis dit qu’il valait mieux en juger par moi même. Elle lui reproche un goût pas assez marqué en caramel mais là je ne comprends pas… A peine sorti du four, une délicieuse odeur de caramel, beurre fondu embaument la cuisine. Et à la dégustation, pareil, ce bon goût de caramel est vraiment bien présent. Il est moelleux, fond dans la bouche, une tuerie!

La seule chose que je pourrais lui reprocher est qu’il est très sucré mais bon avec un gâteau au caramel on ne peut que s’y attendre… et c’est aussi pour cela qu’il ne faut pas en manger de grosses parts.

Vous pouvez le dévorer à température ambiante, il sera alors bien fondant ou juste sorti du frigo pour une consistance plus ferme. Il se conserve sans soucis plusieurs jours.

20141010_083347bis

Pour un moule de 16 cm de diamètre:

– 190g sucre

– 125g beurre demi-sel

– 1 petite cc fleur de sel

– 110g crème liquide entière

– 90g couverture Ivoire

– 175g œufs

– 60g poudre d’amandes

– 30g farine

– 25g vergeoise blonde

– 1cc vanille liquide

– 1/8cc cannelle en poudre

Préchauffer le four à 145°C.

Faire fondre le beurre, le sucre et le sel sur feu modéré à fort en mélangeant constamment. Lorsque le caramel prend une belle couleur brune, ajouter hors du feu la crème chaude et bien mélanger. Remettre sur le feu, porter à ébullition et laisser fondre les éventuels petits morceaux qui se sont formés.

20141009_185606

Laisser refroidir 5 minutes et ajouter le chocolat blanc et mélanger jusqu’à ce qu’il soit fondu.

Dans un saladier fouetter les œufs avec la poudre d’amandes puis ajouter la cannelle et la vanille et enfin la vergeoise et la farine. Bien mélanger.

Verser le caramel sur cette préparation puis mélanger et mettre l’appareil dans un moule chemisé de papier sulfurisé.

Enfourner pour 1h à 1h10. Lorsque l’on remue le gâteau, le centre doit être tremblant comme une gelée.

Laisser refroidir à température ambiante avant de le déguster.

20141010_083403bis

Régalez-vous 😉

Glace praliné-noisette sur son palet onctueux au gianduja de Thomas Eudier

Je cherchais un dessert à base de chocolat pour une amie qui me rendait visite et dont c’est le péché mignon. J’ai donc jeté mon dévolu sur cette recette tirée du magasine Fou de pâtisserie n°3. J’ai apporté 3 modifications que je vous indiquerai entre parenthèses mais rien ne vous empêche de suivre à la lettre la recette. Le palais est composé d’une fine couche croustillante au chocolat blanc, praliné et café sur laquelle repose une mousse crémeuse, moelleuse, fondante au gianduja. Celui-ci est surplombé d’une crème glacée incrustée de noisettes caramélisées. Vous l’aurez deviné rien qu’à lire sa description, c’est un dessert absolument délicieux.

20140220_010328

Pour +/- 5 personnes:

Pour la crème glacée:

– 110g sucre semoule

– 80g jaunes d ‘œufs

– 25g lait en poudre

– 1/2l lait entier

– 50g crème liquide entière

– 35g beurre doux

– 25g glucose atomisé

– 60g noisettes du Piémont caramélisées

– 1 gousse de vanille de Tahiti (ajout personnel)

Vous pouvez bien évidemment acheter les noisettes caramélisées. J’ai préféré les réaliser moi-même. Si vous êtes comme moi: mettre du sucre dans une poêle et le laisser caraméliser puis y incorporer sur le feu les noisettes (entières ou grossièrement concassées), mélanger puis réserver sur une feuille de papier sulfurisé.

Faire chauffer le lait, les grains de vanille et la gousse fendue puis laisser infuser hors du feu pendant une quinzaine de minutes.

Blanchir les jaunes avec le sucre puis ajouter le lait en poudre.

Ajouter au lait débarrassé de la gousse la crème, le beurre, le glucose atomisé et chauffer sur feu moyen. Verser sur le mélange aux œufs puis remettre sur feu doux en mélangeant constamment jusqu’à atteindre 82°C, c’est à dire cuire comme un crème anglaise.

Laisser refroidir à température ambiante puis mettre une nuit au frigo. Le lendemain verser le mélange dans la sorbetière et quelques minutes avant la fin, ajouter les noisettes caramélisées.

Si vous n’en avez pas, vous pouvez aussi mélanger toutes les 30 minutes votre préparation durant les 4 premières heures de prise au congélateur. Le résultat sera peut être un peu moins bon mais restera tout de même tout à fait délicieux et surtout bien plus sain qu’une glace industrielle! Réserver dans un bac au congélateur.

Pour le feuillantine café:

– 120g couverture ivoire.

– 30g praliné noisette

– 2g café en poudre

– 80g feuillantine (gavottes écrasées)

Faire fondre le chocolat de couverture et le praliné au bain-marie puis ajouter le reste des ingrédients. Étaler entre 2 feuilles de papier sulfurisé sur 2 mm d’épaisseur puis détailler des cercles de 7 cm de diamètre à l’aide d’un emporte-pièce. Réserver au frigo.

Pour la mousse au chocolat gianduja:

– 112g Gianduja Vahlrona

– 74g lait entier

– 5g feuilles de gélatine (j’en ai mis 2,5g)

– 148g crème fouettée

Hydrater la gélatine 10 minutes dans l’eau froide.

Faire fondre le chocolat au bain-marie. Porter le lait à ébullition puis hors du feu y ajouter la gélatine essorée. Verser sur le chocolat, bien mélanger puis réserver (mélanger de temps en temps afin d’éviter qu’une peau se forme à la surface).

20140218_140642

Lorsque la température atteint 30°C incorporer délicatement la crème fouettée.

20140218_140700

Dans des cercles à tarte ou à entremets de 7cm de diamètre, déposer un disque de feuillantine café et mouler par dessus la mousse. Bien lisser la surface. Faire prendre au frigo pendant minimum 2 heures.

PS: pour faciliter le démoulage vous pouvez utiliser du rhodoïd.

Pour le glaçage:

– 90g crème fleurette (j’en ai mis 160g)

– 100g de couverture lactée à 35%

– 180g nappage neutre

– 5g feuilles de gélatine

Hydrater la gélatine 10 minutes dans de l’eau froide.

Verser la crème très chaude sur le chocolat comme pour réaliser une ganache. Chauffer le nappage et y ajouter hors du feu la gélatine essorée.

Mélanger les 2 appareils au fouet et réserver. Lorsque le glaçage atteint environ 40°C, déposer les palais sur une grille et verser dessus le glaçage puis lisser à la spatule.

Réserver au frigo jusqu’au moment de servir.

Au moment de servir, déposer chaque palais dans une assiette et y déposer dessus une quenelle généreuse de glace ainsi qu’une noisette en sucre tiré et quelques touches de feuille d’or si vous le souhaitez.

20140220_010139

20140220_010423

Régalez-vous 😉