20131124_221658

Cruesli maison

Je suis sûre que beaucoup d’entre vous adorent piocher dans le paquet à son ouverture à la recherche des grosses pépites. Et bien vous allez pouvoir désormais vous le préparer vous même avec des produits sains et une saveur incomparable. Je l’ai fais goûter à des amis qui se reconnaîtrons j’en suis sûre 😀 et ils se sont régalés. Ils sont même repartis avec un doggy bag 😉

Pour un grand saladier

– 300g flocons d’avoine

– 50g graines de courge

– 50g graines de lin

– 50g graines de tournesol

– 50g graines de sésame

– 150g cranberries

– 100g baies de goji

– 150g raisins secs

– 80g amandes grossièrement concassées

– 80g noisettes grossièrement concassées

– 80g noix du Brésil grossièrement concassées

– 60g noix de coco

– 150g pépites de chocolat

– 80g bananes séchées

– 12 cl eau

– 100g miel

– 100g sirop d’érable

– 100g sirop d’agave

– 30g huile de noisettes

– 1 pincée de sel

– 2 gousses de vanille

Préchauffer le four à 160°C.

Mélanger les flocons d’avoines, les graines, la noix de coco, les cranberries, les raisins secs, les noisettes, les noix du Brésil, les amandes et le sel.

Dans une casserole, porter à ébullition le sirop d’érable, d’agave, le miel, l’eau, les grains de vanille et l’huile.

Verser sur les ingrédients secs et mélanger afin de bien les enrober.

Verser sur 1 ou 2 plaques (vous ne devez pas avoir une épaisseur trop importante car le résultat ne serait pas croustillant mais suffisante pour pouvoir obtenir les fameux « clusters »). Enfourner pour 15 minutes puis retourner afin de cuire l’autre face et enfourner pour environ 15 minutes

Il est normal qu’à la sortie du four le granola soit encore mou. Il va durcir en refroidissant. Cependant si certains morceaux restent mous, remettez les au four pour 15 minutes et renouveler si nécessaire.

Une fois tiédi, casser afin d’obtenir les pépites. Ajouter les bananes séchées, les baies de goji et les pépites de chocolat sur le granola encore tiède.

Conserver une fois refroidi dans un récipient hermétique.

Vous pouvez bien évidemment ajouter ou enlever des ingrédients. Le but est d’y mettre tout ce que vous adorez pour vous faire la recette la plus gourmande possible mais aussi bonne pour votre santé 😉

20131124_221715

Régalez-vous 😉

20140219_222848bis

Sorbet myrtilles sauvages, mousse de yaourt, financiers aux myrtilles de Grégory Marchand

Ce dessert est une véritable « tuerie ». Il fait partie de nos desserts préférés du moment. Les financiers sont moelleux, fondants avec un bon goût de myrtille. La mousse de yaourt est d’une légèreté incomparable. En bouche elle donne la sensation d’un nuage vanillé. La glace grâce à la gomme de guar que j’ai choisi d’ajouter est moelleuse, pas trop sucrée et très parfumée. Les miettes de sablé aux cacahuètes sont fondantes et se marient à merveille avec les parfums de myrtille et vanille. Vous remarquerez sur les photos que je n’ai pas décoré de myrtilles car j’ai acheté les dernières du magasin pour mes financiers et j’ai tout bonnement oublié les feuilles d’agastache. Je vous encourage vivement à essayer ce délice vous ne serez pas déçus j’en suis certaine.

20140219_222900bis

Pour 6 personnes:

Je vous indiquerai entre parenthèses les quelques modifications que j’ai souhaité faire.

Pour la glace aux myrtilles:

– 250g purée de myrtilles sauvages

– 200g sucre en poudre ( 220g pour moi)

– 30g de dextrose (je n’en ai pas mis)

– 2g de stabilisant pour sorbet (je n’en ai pas mis)

– 8cl jus de citron vert

– 27cl eau

– j’ai ajouté 2g gomme de guar (facilement trouvé en magasin bio)

Dans une casserole, rassemblez le sucre, le dextrose, le stabilisant et l’eau et chauffer jusqu’à atteindre 84°C.

Laisser refroidir à température ambiante puis laisser 2h au frigo.

Passer la purée de myrtilles au chinois et l’incorporer au sirop ainsi que le citron.

Faire prendre le sorbet en turbine et réserver au congélateur jusqu’au moment de servir.

Si vous souhaitez la réaliser à ma manière:

Porter à ébullition la purée de myrtilles, 200g sucre, l’eau et le citron. Hors du feu, ajouter la gomme de guar mélangée aux 20g de sucre restant. Laisser refroidir à température ambiante puis mettre au frigo jusqu’à ce que la préparation soit bien froide (je laisse toujours une nuit). Mettre le mélange en sorbetière le temps indiqué sur le mode d’emploi. Réserver dans un bac au congélateur jusqu’au moment de servir.

Si vous n’en avez pas, vous pouvez aussi mélanger toutes les 30 minutes votre préparation durant les 4 premières heures de prise au congélateur. Le résultat sera peut être un peu moins bon mais restera tout de même tout à fait délicieux et surtout bien plus sain qu’une glace industrielle!

20140220_001216

Pour la mousse de yaourt:

– 625g yaourt entier

– 250g lait entier

– 100g sucre

– 3g feuilles de gélatine

– 2 cartouches de gaz

– j’ai ajouté une gousse de vanille de Tahiti

Réhydrater la gélatine 10 minutes dans de l’eau froide.

Faire fondre le sucre dans le lait (additionné des grains de la gousse de vanille si vous le souhaitez) sur feu doux puis hors du feu, ajouter la gélatine essorée. Bien mélanger puis incorporer le yaourt et verser dans le syphon. Percuter 2 cartouches de gaz, secouer une dizaine de fois et conserver au frigo tête en bas au minimum 4 heures.

PS: vous pouvez sans soucis la réaliser la veille

Pour les financiers:

– 250g poudre d’amandes

– 200g sucre glace

– 20g Maïzena

– 1 pincée de sel

– 200g beurre

– 4 blancs d’oeufs

– 1 barquette de myrtilles sauvages (125g)

– j’ai ajouté 1cc de levure chimique

Préchauffer le four à 175°C.

Mélanger la poudre d’amandes, le sucre glace, la Maïzena et le sel puis y incorporer les blancs montés en neige.

Faire fondre le beurre jusqu’à ce qu’il soit noisette et l’ajouter au mélange. Incorporer les myrtilles.

Répartir dans 6 empreintes à financiers (pour moi 12) et enfourner pour 15 minutes. J’ai dû les laisser le double (peut être l’humidité des myrtilles).

Démouler les financiers une fois refroidis et les conserver dans une boîte hermétique. 

20140219_200402bis

PS: vous pouvez sans soucis les réaliser la veille.

Pour le sablé aux cacahuètes: (vous pouvez diviser les quantités par 2)

– 200g cacahuètes

– 120g beurre doux mou

– 80g sucre

– 110g farine

– 1 gousse de vanille

– 1 pincée de sel

Réduire les cacahuètes en poudre avec un mixeur.

Mélanger  cette poudre avec les grains de la gousse de vanille, le beurre, le sucre, la farine et le sel jusqu’à obtenir une pâte homogène. Couvrir de film alimentaire et réserver au frigo au minimum 1 heure pour durcir la pâte.

Préchauffer le four à 170°C.

Râper la pâte afin d’obtenir des miettes puis les déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Enfourner pour une dizaine de minutes. Laisser refroidir puis conserver dans une boîte hermétique.

20140219_200325

PS: vous pouvez sans soucis le réaliser la veille.

Pour le dressage:

– qques feuilles d’agastache ou d’estragon

– qques myrtilles sauvages

Dans chaque assiette, déposer 3 ou 4 morceaux de financiers ainsi qu’une quenelle de sorbet.

Secouer vigoureusement le syphon et dresser la mousse autour des différents éléments.

Parsemer de sablé aux cacahuètes ainsi que de toutes petites feuilles d’agastache ou d’estragon et de quelques myrtilles.

20140219_222855

Bonne dégustation 😉

20140220_010157bis

Glace praliné-noisette sur son palet onctueux au gianduja de Thomas Eudier

Je cherchais un dessert à base de chocolat pour une amie qui me rendait visite et dont c’est le péché mignon. J’ai donc jeté mon dévolu sur cette recette tirée du magasine Fou de pâtisserie n°3. J’ai apporté 3 modifications que je vous indiquerai entre parenthèses mais rien ne vous empêche de suivre à la lettre la recette. Le palais est composé d’une fine couche croustillante au chocolat blanc, praliné et café sur laquelle repose une mousse crémeuse, moelleuse, fondante au gianduja. Celui-ci est surplombé d’une crème glacée incrustée de noisettes caramélisées. Vous l’aurez deviné rien qu’à lire sa description, c’est un dessert absolument délicieux.

20140220_010328

Pour +/- 5 personnes:

Pour la crème glacée:

– 110g sucre semoule

– 80g jaunes d ‘œufs

– 25g lait en poudre

– 1/2l lait entier

– 50g crème liquide entière

– 35g beurre doux

– 25g glucose atomisé

– 60g noisettes du Piémont caramélisées

– 1 gousse de vanille de Tahiti (ajout personnel)

Vous pouvez bien évidemment acheter les noisettes caramélisées. J’ai préféré les réaliser moi-même. Si vous êtes comme moi: mettre du sucre dans une poêle et le laisser caraméliser puis y incorporer sur le feu les noisettes (entières ou grossièrement concassées), mélanger puis réserver sur une feuille de papier sulfurisé.

Faire chauffer le lait, les grains de vanille et la gousse fendue puis laisser infuser hors du feu pendant une quinzaine de minutes.

Blanchir les jaunes avec le sucre puis ajouter le lait en poudre.

Ajouter au lait débarrassé de la gousse la crème, le beurre, le glucose atomisé et chauffer sur feu moyen. Verser sur le mélange aux œufs puis remettre sur feu doux en mélangeant constamment jusqu’à atteindre 82°C, c’est à dire cuire comme un crème anglaise.

Laisser refroidir à température ambiante puis mettre une nuit au frigo. Le lendemain verser le mélange dans la sorbetière et quelques minutes avant la fin, ajouter les noisettes caramélisées.

Si vous n’en avez pas, vous pouvez aussi mélanger toutes les 30 minutes votre préparation durant les 4 premières heures de prise au congélateur. Le résultat sera peut être un peu moins bon mais restera tout de même tout à fait délicieux et surtout bien plus sain qu’une glace industrielle! Réserver dans un bac au congélateur.

Pour le feuillantine café:

– 120g couverture ivoire.

– 30g praliné noisette

– 2g café en poudre

– 80g feuillantine (gavottes écrasées)

Faire fondre le chocolat de couverture et le praliné au bain-marie puis ajouter le reste des ingrédients. Étaler entre 2 feuilles de papier sulfurisé sur 2 mm d’épaisseur puis détailler des cercles de 7 cm de diamètre à l’aide d’un emporte-pièce. Réserver au frigo.

Pour la mousse au chocolat gianduja:

– 112g Gianduja Vahlrona

– 74g lait entier

– 5g feuilles de gélatine (j’en ai mis 2,5g)

– 148g crème fouettée

Hydrater la gélatine 10 minutes dans l’eau froide.

Faire fondre le chocolat au bain-marie. Porter le lait à ébullition puis hors du feu y ajouter la gélatine essorée. Verser sur le chocolat, bien mélanger puis réserver (mélanger de temps en temps afin d’éviter qu’une peau se forme à la surface).

20140218_140642

Lorsque la température atteint 30°C incorporer délicatement la crème fouettée.

20140218_140700

Dans des cercles à tarte ou à entremets de 7cm de diamètre, déposer un disque de feuillantine café et mouler par dessus la mousse. Bien lisser la surface. Faire prendre au frigo pendant minimum 2 heures.

PS: pour faciliter le démoulage vous pouvez utiliser du rhodoïd.

Pour le glaçage:

– 90g crème fleurette (j’en ai mis 160g)

– 100g de couverture lactée à 35%

– 180g nappage neutre

– 5g feuilles de gélatine

Hydrater la gélatine 10 minutes dans de l’eau froide.

Verser la crème très chaude sur le chocolat comme pour réaliser une ganache. Chauffer le nappage et y ajouter hors du feu la gélatine essorée.

Mélanger les 2 appareils au fouet et réserver. Lorsque le glaçage atteint environ 40°C, déposer les palais sur une grille et verser dessus le glaçage puis lisser à la spatule.

Réserver au frigo jusqu’au moment de servir.

Au moment de servir, déposer chaque palais dans une assiette et y déposer dessus une quenelle généreuse de glace ainsi qu’une noisette en sucre tiré et quelques touches de feuille d’or si vous le souhaitez.

20140220_010139

20140220_010423

Régalez-vous 😉

20140227_154320bis

Les toucans aux noisettes

J’ai confectionné ces exquises petites bouchées issues du blog « La cuisine de Bernard » afin de les servir avec le café lors de mon repas d’anniversaire. Elles sont moelleuses, fondantes mais aussi croustillantes grâce au feuilletine avec un savoureux goût de noisettes, amandes et chocolat.

20140227_154355bis

– 150g beurre de cacao

– 30g chocolat

– 440g pâte de noisettes

– 155g pâte de praliné

– 125g feuilletine (gavottes écrasées)

– cacao en poudre non sucré

Pour la pâte de noisettes:

– 220g noisettes grillées et pelées

– 220g sucre glace

Vous pouvez acheter les noisettes toutes prêtes ou bien les passer une dizaine de minutes au four à 180°C puis les mettre dans un torchon et les frotter les unes contre les autres afin de les peler.

Mixer le sucre et les noisettes jusqu’à obtenir une pâte très souple. En fonction de votre mixeur, ceci peut prendre 5 à 10 minutes. Réserver.

20140227_103139

Pour la pâte de praliné:

– 240g amandes avec la peau

– 160g sucre

– 15g eau

Verser le sucre dans une poêle et mettre sur feu moyen puis ajouter l’eau et laisser bouillir. Lorsque la température atteint 121°C, ajouter d’un coup les amandes. Bien mélanger. Le sucre va alors sabler c’est à dire cristalliser. Continuer à mélanger, le sucre va refondre et se caraméliser. Arrêter la cuisson une fois le sucre entièrement caramélisé. Verser la préparation sur une feuille de papier sulfurisé puis mixer celle-ci une fois refroidie jusqu’à obtenir une pâte. Réserver.

20140227_115000

 Faire fondre le beurre de cacao et le chocolat au bain-marie puis ajouter la totalité de la pâte de noisettes et 155g de la pâte de praliné. Bien mélanger puis ajouter le feuilletine et mélanger de nouveau. Verser dans une poche à douille munie d’une douille lisse de 12mm.

20140213_203106

Patienter jusqu’à ce que celle-ci soit tendre mais pas trop ferme de manière à former des boudins sur une feuille de papier sulfurisé. La préparation doit sortir sans avoir à appuyer trop fort mais les boudins ne doivent pas s’affaisser.

20140227_152431bis

Mettre au frigo une vingtaine de minutes puis couper les tubes en tronçons de 4cm et les rouler dans le cacao.

20140214_001115bis

Réserver dans une boîte hermétique.

Ils peuvent se conserver ainsi plusieurs semaines.

20140227_154220bis

 Régalez-vous 😉

20140219_200726bis

Pecan turtles

J’ai trouvé la recette de ces délicieuses douceurs sur le blog « La cuisine de Bernard ». Lorsque vous croquez une bouchée vous êtes emportés par le fondant du caramel, le croquant des noix de pécan et le craquant de la fine couche de chocolat au lait. Ces 3 saveurs se marient à merveille!

20140216_140406

– 175g beurre

– 150g vergeoise brune

– 25g miel

– 1/2 cc sel

– 1cc extrait de vanille

– 1 boîte lait concentré sucré

– 150g noix de pécan hachées

– 300g noix de pécan

– 400g chocolat au lait

Faire fondre le beurre dans une casserole et y ajouter la vergeoise, le miel, le sel et la vanille. Porter à ébullition puis ajouter le lait concentré et porter de nouveau à ébullition. Poursuivre la cuisson pendant 2 minutes en mélangeant constamment. Hors du feu, incorporer les noix de pécan hachées.

20140214_233453

20140214_233533

Verser cette préparation dans un cadre de 18x18cm posé sur une feuille de papier sulfurisé. Laisser refroidir à température ambiante puis mettre au frigo pour 2 heures.

20140227_101513

Couper des carrés de 3cmx3cm. Il est normal que le caramel soit encore très mou. Sur chaque carré poser 6 demi-noix de pécan. Mettre au congélateur pour 2 heures.

20140215_113613bis

20140215_113630

Tempérer le chocolat.

Plutôt que de respecter scrupuleusement la courbe de température et risquer un mauvais résultat, je préfère utiliser du mycryo. Il suffit de faire fondre le chocolat à la température indiquée sur le paquet puis ajouter 1% de son poids en mycryo lorsque la température redescend à 35°C. Le tempérage permet d’avoir un chocolat bien brillant qui va durcir très rapidement.

Tremper à l’aide d’une fourchette chaque tortue dans le chocolat puis bien racler le dessous de la fourchette avant de les déposer sur du papier sulfurisé. Laisser décongeler avant de les dévorer.

Ces délices peuvent se conserver plusieurs jours dans une boîte hermétique.

20140219_200903bis

Régalez-vous 😉

 

 

20140215_212333

Tarte myrtilles-cassis de Cyril Lignac

C’est l’un de 2 desserts que j’ai réalisé pour mes 30 ans. J’avais envie d’essayer des fruits, des parfums que je n’ai pas l’habitude de travailler. J’ai donc choisi cette tarte et le Dulce d’Arnaud Marquet et je les ai adorés tous les 2 😉 Revenons en à cette tarte. J’ai confectionné ma pâte sucrée habituelle. Celle-ci est garnie d’une crème d’amandes incrustée de myrtilles. Par dessus est nappée une compotée de cassis puis sont pochées une crème mascarpone-cassis et une crème chantilly. La pâte est bien croustillante et les crèmes apportent le moelleux, le fondant mais aussi la légèreté. L’alliance du cassis, de la myrtille et de l’amande est vraiment très agréable. Je pense essayer cet été une version mûres-framboises.

Les proportions sont données pour 6 tartelettes. J’en ai augmenté certaines ce qui m’a permis de réaliser une tarte de 24 cm de diamètre et une de 12cm. Je vous noterai les proportions du magazine et indiquerai entre parenthèses les quantités que j’ai utilisées.

20140216_000301bis

Pour la pâte sucrée:

– 250g farine

– 2g sel

– 150g beurre doux

– 1 oeuf

– 100g sucre glace

– 30g poudre d’amandes

Mettre le beurre en pommade puis ajouter l’œuf, le sucre, la poudre d’amandes, le sel puis la farine. Étaler la pâte sur environ 2-3mm d’épaisseur entre 2 feuilles de papier sulfurisé. Réserver au minimum 2 heures au frigo puis foncer les cercles à tartes.

Vous pouvez sans hésiter la réaliser la veille.

Pour la crème d’amandes:

– 150g poudre d’amandes (225g)

– 15g Maïzena (22,5g)

– 120g sucre glace (180g)

– 15g rhum (22,5g)

– 90g oeufs (135g)

– 120g beurre (180g)

Pour la compotée de cassis:

– 265g purée de cassis (397,5g)

– 20g glucose (30g)

– 30g sucre (45g)

– 4g pectine NH (6g)

Porter la purée de cassis à ébullition puis ajouter le glucose et le sucre mélangé à la pectine. Mélanger et donner un bouillon. Retirer du feu et laisser refroidir à température ambiante. Vous pouvez la réaliser la veille et la conserver au frigo.

Pour la crème mascarpone-cassis:

– 140g mascarpone

– 280g crème liquide

– 75g sucre

– 50g purée de cassis

Fouetter la mascarpone afin de l’assouplir puis ajouter la crème et le sucre et fouetter de nouveau afin de monter la crème. Incorporer délicatement la purée de cassis. Réserver au frigo dans une poche à douille munie d’une douille unie. De la même manière, vous pouvez la confectionner la veille.

Pour le montage:

– 20cl crème liquide entière

– +/- 200g myrtilles

– feuille d’argent (je n’en ai pas utilisé)

Préchauffer le four à 170°C.

Pocher de la crème d’amandes jusqu’à mi-hauteur du ou des fonds de tarte(lettes) puis incruster des myrtilles. 20140215_120016bis

Enfourner pour 25 minutes. 

Pendant ce temps monter la crème bien froide en chantilly dans un récipient bien froid.

Afin de pouvoir réaliser le montage de la tarte quelque heures avant sa dégustation, j’ai décidé de la monter avec 20g de sucre glace et du fix chantilly.

20140215_143834bis

Laisser refroidir et garnir à hauteur de compotée de cassis

20140215_154825bis

Pocher des boules de crème mascarpone-cassis. Déposer un peu de chantilly au centre et décorer d’une myrtille et de feuille d’argent. Ayant fait des grandes tartes, j’ai alterné la crème mascarpone et la chantilly et décoré de plusieurs myrtilles.

20140216_000246bis

 

Régalez-vous 😉

20140205_231307bis

La meilleure crème glacée à la vanille

Cette glace est tout simplement succulente! Maintenant que j’ai trouvé l’ingrédient miracle pour avoir des glaces moelleuses, sans cristaux même au bout de plusieurs jours, c’est certain je n’en achèterai plus! Cet ingrédient est la gomme de guar. C’est un produit naturel que vous trouverez en magasin biologique. J’ai trouvé cette recette sur le blog « La cuisine de Bernard ». J’ai juste remplacé le stabilisateur à glace par la gomme de guar. J’ai utilisé cette crème glacée pour réaliser mes « sphères meringuées au coeur glacé sur leur poêlée de fruits ». L’idéal est d’avoir une sorbetière mais vous pouvez aussi mélanger toutes les 30 minutes votre préparation durant les 4 premières heures de prise au congélateur. Le résultat sera peut être un peu moins bon mais restera tout de même tout à fait délicieux et surtout bien plus sain qu’une glace industrielle! 

– 500ml lait entier

– 20 cl crème liquide entière

– 170g sucre

– 5 jaunes d’oeufs

– 2 gousses de vanille fendues et grattées

– 25g poudre de lait entier (j’ai mis de l’écrémé car l’entier n’existe pas en bio)

– 2,5g gomme de guar

Mettre les gousses de vanille, les grains de vanille, 100g de sucre et le lait dans une casserole sur feu doux. Dès l’ébullition, arrêter le feu et laisser infuser la vanille durant une quinzaine de minutes.

Blanchir les jaunes avec 50g de sucre et ajouter le lait en poudre.

Porter de nouveau le lait à ébullition puis le verser sur le mélange précédent. Remettre sur feu doux et mélanger continuellement jusqu’à atteindre 85°C c’est à dire comme une crème anglaise. Le mélange doit napper la cuillère et ne surtout pas bouillir. Hors du feu, ajouter la crème liquide puis la gomme de guar mélangée au reste du sucre. Bien mélanger et laisser refroidir puis réserver au frigo au minimum 2 heures (pour moi 1 nuit).

Retirer les gousses et mettre le mélange dans la sorbetière le temps indiqué sur le mode d’emploi.

Vous pouvez la déguster immédiatement elle aura alors la consistance d’une glace italienne ou la réserver dans un bac au minimum 2 heures au congélateur afin qu’elle durcisse un peu.

20140205_231330bis

 Régalez-vous 😉

20140208_124518bis

Mousse au fromage blanc pétillante, miettes de spéculoos et sa glace au caramel au beurre salé de Tomy Gousset

Ce dessert est une « tuerie ». Toutes les textures sont présentes: le croustillant, le fondant, le moelleux, le mousseux, le pétillant. Vraiment, rien ne manque! Il est parfait après un repas copieux car très aérien et peu sucré. J’ai trouvé cette recette dans la revue « Fou de pâtisserie ». Celle de la glace caramel n’était pas fournie, j’ai donc réalisé celle du blog « La cuisine de Bernard ». Je vous encourage vraiment à le tester, il est très simple et rapide et surtout tout le monde a adoré!

20140208_124543bis

Pour 4 personnes:

Pour la glace au caramel au beurre salé (vous en aurez en trop mais elle se conserve sans soucis plusieurs mois au congélateur):

– 200g sucre

– 115 g beurre salé

– 500ml lait entier

– 200 ml crème liquide entière

– 4 pincées de fleur de sel

– 4 jaunes d’oeufs

– 2,5g gomme de guar

Mettre 170g de sucre dans une casserole sur feu moyen afin de réaliser un caramel avec une couleur assez prononcée. Ajouter hors du feu la crème liquide chaude, bien mélanger puis ajouter le beurre en dés. Remettre sur feu modéré et laisser recuire et bouillir pour faire fondre les éventuels morceaux. Ajouter le lait et la fleur de sel et remettre sur feu modéré sans porter à ébullition.

Blanchir les jaunes avec 20g de sucre et verser dessus le lait caramélisé. Remettre sur feu doux et porter le tout à 86°C c’est à dire cuire comme une crème anglaise: la préparation doit napper la cuillère et surtout ne pas bouillir.

Hors du feu, ajouter la gomme de guar mélangée à 10g de sucre. Laisser refroidir à température ambiante puis mettre au frigo 1 nuit.

Le lendemain, mixer la préparation au mixeur plongeant et mettre en sorbetière le temps indiqué sur le mode d’emploi.

Vous pouvez la déguster immédiatement, elle aura alors la consistance d’une glace italienne ou la réserver dans un bac au minimum 3 heures au congélateur afin qu’elle durcisse un peu.

Vous pouvez la réaliser sans sorbetière mais la consistance ne sera peut être pas la même. Il vous faudra alors mélanger celle-ci toutes les demi-heures durant les 4 premières heures de sa congélation.

Pour la mousse au fromage blanc:

– 300g fromage blanc

– 100g crème liquide entière

– 50g sucre

– 1 gousse de vanille fendue et grattée

– siphon et cartouche(s) de gaz

Mélanger le fromage blanc, la crème liquide, les grains de vanille et le sucre. Verser cette préparation dans un siphon et percuter 1 ou 2 cartouches de gaz suivant la contenance de votre siphon. Secouer vigoureusement et réserver au frais tête en bas au minimum 2 heures.

Pour les croustillants:

– +/- 2 feuilles de brick (pâte filo dans la recette)

– beurre fondu

– sucre glace

Préchauffer le four à 180°C.

Détailler 24 cercles avec un emporte-pièce (6cm de diamètre pour moi) et un couteau. Les déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé puis les badigeonner de beurre fondu et les saupoudrer généreusement de sucre glace.

PS: Mr Gousset prévoit 10 croustillants par convive. Si vous souhaitez en mettre autant augmentez bien sûr le nombre de feuilles de brick.

20140208_112135bis

Recouvrir les disques d’une feuille de papier sulfurisé puis d’une plaque de cuisson. Enfourner pour environ 10 minutes jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés.

20140208_123849

Dressage:

– Miettes de spéculoos

– sucre pétillant

– (sucre glace)

Déposer dans chaque assiette de la mousse de fromage blanc. Saupoudrer de spéculoos puis de sucre pétillant. Poser une boule de glace et planter les ronds croustillants dans la mousse ou la glace. Saupoudrer le tout de sucre glace (j’ai oublié ;)).

20140208_124558

Régalez-vous 😉