DSC_1071bis

Brioche Nid d’Abeille

Durant ma jeunesse, ba oui je commence à me faire vieille 😉 mon papa m’a très souvent parlé de cette brioche qu’il avait pour habitude de déguster à chaque virée dans le centre ville. Quand j’ai commencé à pâtisser je me suis mise à la recherche de sa recette afin de lui rappeler les souvenirs de sa jeunesse mais impossible de trouver. Alors lorsque j’ai trouvé cette recette dans le livre de Christophe Felder j’étais juste trop contente. Bon apparemment, elle ne correspond pas exactement à l’originale mais s’en rapproche beaucoup et mon père s’est régalé. C’est bien là le principal 😉

Pour la pâte à brioche simple: (j’ai divisé les proportions par 2)

  • 250g farine
  • 15g levure de boulangerie
  • 25g sucre semoule
  • 5g sel fin
  • 3 œufs
  • 150g beurre doux bien mou

Dans la cuve du robot verser la farine et la levure d’un côté, le sucre et le sel de l’autre. Mélanger en ajoutant les œufs petit à petit.

Pétrir la pâte énergiquement puis incorporer progressivement le beurre. Travailler la pâte 10 minutes jusqu’à ce qu’elle soit lisse et homogène et se décolle des parois du bol.

Couvrir d’un torchon puis réserver 2heures au frigo.

Étaler 500g de pâte sur un plan de travail fariné afin d’obtenir une galette de 2 cm d’épaisseur et 24 cm de diamètre. J’ai préféré la mettre dans un cercle mais ça n’est pas demandé dans la recette.

DSC_1063bis

Réserver au réfrigérateur couverte de film alimentaire.

Pour la crème pâtissière:

  • 25cl lait frais entier
  • 3g poudre de lait à 0%
  • 1/2 gousse de vanille
  • 60g jaunes d’oeufs
  • 60g sucre semoule
  • 25g Maïzena

Faire bouillir le lait, la poudre de lait et la gousse de vanille grattée.

Battre les jaunes avec le sucre puis ajouter la Maïzena tamisée. Verser un peu de lait bouillant sur la préparation et mélanger. Ajouter le reste de lait puis transvaser dans une casserole et cuire la crème jusqu’à ébullition. Couvrir de film alimentaire, laisser refroidir au frigo.

Pour la crème spéciale:

  • 5g feuilles de gélatine
  • 250g crème pâtissière
  • 75g blancs d’oeufs
  • 25g sucre semoule
  • 10g kirsch
  • 90g crème fouettée

Réhydrater la gélatine 15 minutes dans de l’eau froide.

Fouetter la crème pâtissière pendant 2 minutes afin de bien la lisser.

Monter les blancs en neige puis ajouter petit à petit le sucre afin d’obtenir une meringue.

Essorer la gélatine et la faire fondre avec le kirsch. Ajouter un peu de crème pâtissière dans la casserole, fouetter énergiquement, puis ajouter le restant de crème. Incorporer la meringue onctueuse et mélanger avec une maryse. Ajouter la crème fouettée ferme.

Pour le florentin nid d’abeille:

  • 100g miel toutes fleurs
  • 100g sucre semoule
  • zestes d’une orange
  • 90g beurre doux
  • 100g amandes effilées

Faire chauffer le miel et le sucre semoule dans une casserole sur feu moyen. Ajouter le zeste d’orange. Incorporer le beurre et laisser bouillir 1 minute.

Ajouter les amandes effilées et mélanger afin de bien les enrober.

Verser cette préparation sur une feuille de papier sulfurisé, recouvrir d’une autre feuille et étaler sur 3 mm d’épaisseur. Laisser refroidir au congélateur 30 minutes.

Détailler un disque de 23 cm de diamètre et remettre au congélateur.

Finition:

Poser le florentin froid et durci sur la galette de brioche sortant du frigo.

DSC_1065bis

Faire lever 1h30 à température ambiante.

DSC_1069bis

Préchauffer le four à 180°C.

Enfourner le gâteau levé pour 20 à 25 minutes. La brioche est cuite lorsqu’elle est bien dorée sur les cotés et en dessous.

Laisser refroidir sur une grille. Couper la brioche en 2 dans l’épaisseur puis étaler la crème spéciale sur une hauteur de 1 cm. Faire durcir 30 minutes au congélateur puis poser le dessus de la brioche sur la crème. Appuyer légèrement afin de souder l’ensemble.

DSC_1077bis

Régalez-vous 😉

 

 

DSC_0282bis

Tropézienne

Incroyable mais vrai je n’en avais encore jamais goûté! J’étais donc ravie lorsque l’on m’a commandé ce dessert, enfin l’occasion de connaître ce délice! Elle est composée d’une brioche moelleuse légèrement imbibée d’un sirop à la fleur d’oranger et garnie d’une crème mousseline à la fleur d’oranger additionnée de crème fouettée.  J’ai préféré faire un essai, on ne sait jamais… et franchement je me suis régalée… Les connaisseurs m’ont félicitée. Cela devait donc être ressemblant 😉 Sa forme n’est pas tout à fait la bonne car j’ai cuit la brioche dans un cercle par peur qu’elle s’étale mais la prochaine fois j’essaie sans 😉 Il ne me reste plus qu’à confectionner la vraie, celle qui va être juger par un inconditionnel de cette pâtisserie 😀

DSC_0292bis

Pour une tropézienne de 26cm de diamètre:

– 250g farine de gruau de type 45

– 125g œufs entiers

– 25g lait

– 60g sucre semoule

– 5g sel

– 6g levure fraîche

– 150g beurre

– 1cs eau + 1 pincée de sel + 1 jaune d’œuf

– sucre casson

Tous les ingrédients doivent être froids.

Mélanger les poudres, les œufs, le lait, la levure émiettée et pétrir à vitesse 1 jusqu’à obtenir un mélange homogène. Poursuivre à vitesse 3 durant 10 minutes. Incorporer le beurre petit à petit puis filmer au contact et laisser pousser durant 2 heures. La rabattre pour chasser l’air puis en garnir un cercle de 26 cm de diamètre. Recouvrir d’un film et réserver quelques heures au frigo (sans problème une nuit).

Dorer avec le mélange eau + sel + jaune et laisser pousser environ 2 heures à température ambiante puis dorer de nouveau et parsemer de sucre casson. Enfourner pour +/- 20 minutes à 180°C. Réserver sur une grille.

PS: j’ai choisi de manière non conventionnelle d’utiliser un cercle afin d’avoir une forme bien ronde mais vous pouvez bien évidemment le faire sans comme dans la recette traditionnelle.

DSC_0261bis

Pour la crème:

– 40cl lait entier

– grains de 2 gousses de vanille de Tahiti

– 70g jaunes d’œufs

– 100g sucre

– 40g Maïzena

– 7g fleur d’oranger

– 120g beurre pommade

– 140g crème liquide entière

Faire bouillir le lait avec les grains de vanille.

Blanchir les jaunes avec le sucre puis ajouter la maïzena. Verser sur le mélange le lait chaud tout en fouettant. Remettre sur le feu et fouetter sans arrêt jusqu’à atteindre l’ébullition. Ajouter la fleur d’oranger et mélanger. Couvrir d’un film plastique la crème pâtissière et la laisser refroidir jusqu’à atteindre environ 40°C.

Assouplir la crème refroidie au fouet dans le bol du robot puis incorporer le beurre. A l’aide du fouet, foisonner la crème mousseline c’est à dire l’alléger et augmenter son volume en la battant.

DSC_0264bis

Monter la crème liquide bien froide dans un récipient froid avec un fouet comme pour une chantilly.

DSC_0271bis

Incorporer la crème fouettée à la crème mousseline puis réserver au frigo dans une poche à douille durant environ 2 heures.

DSC_0275bis

Pour le sirop:

– 60g sucre

– 60g eau

– 5g fleur d’oranger

Faire bouillir l’eau et le sucre. A froid ajouter la fleur d’oranger. Réserver.

montage:

Couper délicatement la brioche en 2 dans l’épaisseur puis imbiber l’intérieur des 2 disques avec la totalité du sirop. Pocher la crème.

DSC_0278bis

Puis couvrir avec le second disque de brioche. Saupoudrer de sucre glace si vous le souhaitez. Vous pouvez la dégustez immédiatement ou la réserver au frigo jusqu’à dégustation.

DSC_0317bis

Régalez-vous 😉

DSC_0612bis

Brioche à effeuiller aux pralines

Je vous ai déjà proposé une recette de brioche à effeuiller à la cannelle. Ici seule la garniture change et j’ai beaucoup apprécié cette variante. Le sucre des pralines se mêle à la pâte et la caramélise, les amandes apportent le croquant mais également un délicieux parfum à la brioche. A première vue sa réalisation peut paraître complexe mais vous verrez il n’y a vraiment rien de plus simple. Allez-y je vous assure vous ne serez pas déçus! Juste un petit détail important, achetez des pralines de qualité car le rendu final en dépend grandement. J’attends vos retours 😉

DSC_0611bis

Pour un moule à cake de 26 cm de diamètre:

– 250g farine de gruau (a défaut 45)

– 30g sucre

– 150g œuf

– 125g beurre doux pommade

– 10g levure fraîche émiettée

– 6 g sel

Mettre l’ensemble des ingrédients dans le bol d’un robot puis pétrir au crochet durant 15 minutes. Couvrir d’un linge et laisser lever 2 heures à température ambiante. Pétrir de nouveau 5 minutes puis réserver à couvert 1 nuit au frigo.

Pour le montage:

– 250g pralines roses

Pétrir la pâte puis l’étaler sur un plan de travail fariné et découper une douzaine de carrés aux dimensions du moule à cake et les couvrir de pralines concassées.

DSC_0542bis

Superposer les carrés les uns sur les autres et déposer le tout dans un moule beurré et fariné. Laisser lever couvert d’un torchon durant 2 heures.

DSC_0574bis

Pour la dorure:

– 1 œuf

– 1 cc lait

Préchauffer le four à 180°C.

Mélanger l’œuf et le lait et badigeonner la brioche avec un pinceau. Enfourner pour environ 30 minutes. Couvrir d’alu si la brioche colore trop. Démouler assez rapidement afin de pouvoir la démouler facilement (ce que je n’ai pas fait d’où l’absence de photo démoulée). Déguster tiède.

DSC_0625bis

Régalez-vous 😉

DSC_0029bis

Cinnamon roll à ma façon

Ça n’est plus un secret pour vous, j’adore confectionner viennoiseries, pains et brioches en tous genres. J’ai tenté plusieurs recettes trouvées sur des blogs de cette brioche à la cannelle mais aucune ne m’a emballée totalement. J’ai donc décidé de faire ma recette idéale… Dégustée encore tiède, elle était juste parfaite. Fondante, moelleuse, avec un parfum léger de cannelle. Le glaçage au philadelphia apporte vraiment un plus à la brioche. J’attends avec impatience vos impressions 😉

DSC_0001bis

Pour un cercle ou un moule de 26 cm de diamètre:

Pour la pâte à brioche:

– 420g farine T45 ou de gruau

– 60g sucre

– 9g sel

– 16g levure fraîche

– 250g œuf

–  275g beurre doux à température ambiante

Mettre la farine, le sucre, le sel, les œufs et la levure dans le bol du robot et mettre à pétrir durant 2 à 3 minutes.

Ps: il est important de ne pas mettre le sel et le sucre au contact de la levure au départ.

Incorporer le beurre et pétrir de nouveau à vitesse rapide puis moyenne durant 5 à 10 minutes. Recouvrir le bol avec un torchon et laisser pousser durant +/- 1 heure à température ambiante. Lorsque la pâte a doublé de volume, la verser sur un plan de travail fariné et la pétrir afin de la dégazer puis entreposer au frigo durant 2 heures afin qu’elle durcisse.

Pour la garniture:

– 150g sucre de canne brun

– 60g poudre d’amandes

– 5g cannelle en poudre

Préchauffer le four à 180°C.

Mélanger l’ensemble des ingrédients.

Étaler la pâte en un long rectangle sur une surface farinée et saupoudrer sa surface avec la garniture. Rouler la pâte dans la longueur afin de former un boudin et découper des rouleaux épais. Les disposer dans le cercle posé sur une plaque recouverte de papier sulfurisé ou dans un moule. Il est important de laisser un espace entre les rouleaux car la pâte va gonfler. Couvrir la brioche avec un torchon et laisser lever +/- 1h30 à température ambiante. Si vous avec la chance comme moi d’avoir un four possédant un programme pour la levée des pâtes, 1 heure suffira largement. La brioche doit avoir doublé de volume.

Pour la dorure:

– 2 jaunes d’œuf

Badigeonner la surface de la brioche avec les jaunes. Enfourner sans attendre pour environ 20 minutes. Le temps de cuisson dépend de votre four. Laisser tiédir sur une grille.

Pour le glaçage:

– 150g sucre glace

– 150g philadelphia

– 45g eau chaude

Mélanger l’ensemble des ingrédients jusqu’à obtenir une préparation bien homogène. Étaler le glaçage sur la brioche encore tiède. Déguster sans attendre.

DSC_0010bis

Régalez-vous 😉

 

20131225_123411bis

Pain au lait au coeur de crème pâtissière

J’ai réalisé ces petits délices pour le brunch de noël. C’est la tradition, nous faisons toujours un brunch le lendemain du réveillon 🙂 Cette année, nous avons décidé de tout réaliser maison (pains au chocolat, croissants, kringle estonien, pancakes, œufs brouillés et ces fameux petits pains). Imaginez l’odeur dans la maison pendant la cuisson de ces petites merveilles. Heureusement que le déballage des cadeaux nous a fait patienter 🙂 Pour en revenir aux pains au lait, ils sont exquis: moelleux, fondants avec un petit goût de chocolat. Par contre je ne mettrai pas de rhum la prochaine fois et pour mon papa je remplacerai les pépites de chocolat par des raisins secs 🙂 J’ai trouvé la recette sur le blog « Couleur de vie ».

20131225_125158bis

Pour une quinzaine de pièces:

Pour la crème pâtissière (à faire plusieurs heures à l’avance):

– 25cl

– 2 jaunes d’oeufs

– 20g Maïzena ou de farine

– 2 sachets de sucre vanillé

– 2cs liqueur de mirabelles ou poires ou du rhum

– 50g sucre en poudre

Blanchir les jaunes avec le sucre puis ajouter la Maïzena. Verser dessus le lait chaud et remettre sur le feu jusqu’à épaississement tout en fouettant constamment. Hors du feu, ajouter l’alcool si vous souhaitez en mettre. Débarrasser dans un saladier et couvrir au contact avec du film plastique. Laisser refroidir puis mettre au frigo jusqu’à utilisation.

Pour la pâte:

– 500g farine type 55 (je préfère 45)

– 22g levure fraîche de boulanger délayée dans une partie du lait

– 70g sucre

– 2 sachets de sucre vanillé

– +/- 25cl lait

– 1 œuf

– 50g beurre

– 8g sel

– pépites de chocolat ou raisins secs…

Mélanger avec le crochet du robot ou à la main ou à la machine à pain l’ensemble des ingrédients. Si vous utilisez le crochet, laisser tourner une dizaine de minutes. La pâte doit être élastique et non collante. Couvrir d’un torchon et laisser lever environ 1h30 à 2h jusqu’à ce qu’elle ait doublé de volume.

Détailler la pâte en 15 boules puis étaler chacune sur un plan de travail fariné en forme ovalaire.

20131224_211657bis

Découper ensuite au couteau le bord inférieur en lanières verticales.

Déposer sur la partie supérieure de l’ovale de la crème pâtissière et rabattre la partie supérieure de l’ovale sur la crème. Appuyer légèrement pour sceller.

20131224_211736bis

Rabattre chaque lanière vers le haut puis sous le petit pain pour les maintenir en place. Laisser lever à nouveau 1h30 à 2h.

Vous pouvez réaliser toutes ces étapes la veille, mettre ces petits pains au frigo et les sortir le lendemain 2 heures avant de les cuire.

20131224_212940bis

Pour la dorure:

– 1 œuf battu avec un petit peu de lait

Préchauffer le four à 200°C.

Badigeonner chaque pièce de dorure avec un pinceau et enfourner pour une dizaine de minutes à 200°C.

20131225_123422bis

Régalez-vous 😉

20131231_200558

Blinis

Faire des blinis est vraiment très simple et très rapide! Ils sont vraiment bien meilleurs que ceux du commerce. Je ne suis pas prête d’en racheter. Ceux-ci sont vraiment trop bons! J’ai trouvé cette recette sur le blog génialissime « La cuisine de Bernard ».

Pour environ 9 blinis:

– 2 œufs

– 250g farine

– 250ml lait demi-écrémé tiédi

– 20g beurre fondu

-1 bonne pincée de sucre

– 10g de levure fraîche ou 1 paquet de levure de boulanger

Délayer la levure dans un petit peu de lait. Mettre dans un récipient la farine, le sucre, le sel et la levure délayée puis jouter petit à petit le lait en mélangeant au fouet afin d’obtenir une préparation bien homogène. Laisser la pâte pousser pendant 1 heure couverte d’un torchon dans un endroit tiède (environ 25°C).

Ajouter ensuite les jaunes d’oeufs et le sel et lisser de nouveau la pâte au fouet.

Laisser pousser 40 minutes à 1 heure (ne pas dépasser 1 heure).

Ajouter délicatement les blancs montés en neige très fermes.

Faire chauffer une petite poêle sur feu moyen et la graisser légèrement avec un papier absorbant et de l’huile. Verser 2 cuillères à soupe de pâte au centre de la poêle et l’étaler avec le dos de la cuillère. Il ne faut pas l’étaler trop épaisse car elle gonfle en cuisant. Lorsque la pâte fait des bulles, retourner le blinis et laisser cuire un peu l’autre face.

Vous pouvez les déguster immédiatement ou les laisser refroidir sur une grille puis les envelopper dans du film alimentaire et les réchauffer au grille-pain.

DSC_0893bis

Bonne dégustation 😉

 

20131204_130346

Pain à hamburger

Ces pains à hamburger sont les meilleurs que j’ai pu manger. Nous les avons même comparés à plusieurs marques bien connues du commerce et ils sont vraiment meilleurs! Ils sont bien moelleux mais aussi très légers et ont un goût délicieux! Ils sont parfaits pour réaliser des hamburgers sans les alourdir. Je les aime tellement que je les réalise très souvent pour les déguster tartinés de beurre, confiture ou pâte à tartiner maison au petit déjeuner ou au goûter 😉 J’ai trouvé cette recette sr le blog « Le Pétrin ».

20131204_130346

Pour environ 8 pains:

– 500g farine T45

– 10g sel

– 15g levure fraîche de boulangerie

– 25g sucre en poudre

– 180ml eau tiède (200ml dans la recette originale)

– 75ml lait tiède

– 1 oeuf

– 30g beurre mou ou margarine

– graines de sésame, pavot…

– 1 oeuf pour la dorure

Diluer la levure dans un peu d’eau puis mélanger l’ensemble des ingrédients (excepté bien sûr les graines et l’oeuf pour la dorure) à la main ou avec le crochet dans le bol du robot. Lorsque vous mettez tous les ingrédients dans le saladier, il faut éviter de mettre en contact la levure avec le sel et le sucre avant de débuter le mélange. Pétrir pendant 8 à 10 minutes jusqu’à ce que la pâte devienne souple,lisse, élastique, légèrement adhérente mais pas collante.

Laisser lever la pâte couverte d’un torchon sec pendant 1h30 à 2h jusqu’à ce qu’elle ait doublé de volume. Il est possible de réaliser cette première pousse toute la nuit au frigo en couvrant le saladier avec du film alimentaire.

Recouvrir de papier sulfurisé 1 ou 2 plaques de cuisson. Diviser la pâte en 8 morceaux d’environ 120g puis les couvrir 5 minutes avec un  torchon puis façonner chaque pâton en boule régulière et les déposer sur la plaque en appuyant sur chacune afin de les aplatir un peu.

Attention à les espacer d’au moins 5 cm afin qu’elles ne se touchent pas après leur pousse. Couvrir les buns avec un torchon et laisser lever 1h30 environ ou jusqu’à ce qu’elles aient quasiment doublé de volume.

Préchauffer à 180°C. Dorer au pinceau avec de l’œuf battu et parsemer des graines de votre choix.

20131207_143014

 Enfourner pour 15 minutes environ jusqu’à ce qu’ils soient dorés mais encore bien moelleux. Laisser refroidir sur une grille.

Vous pouvez sans problème congeler ces délicieux petits pains.

20131207_193414bis

 

Régalez-vous.

 

20131203_220314bis

Beignet à la compote

Vous l’aurez compris le lundi soir c’est « Le meilleur pâtissier » pour moi. Et la semaine dernière le thème était le petit-déjeuner et le goûter. La première épreuve consistait à réaliser des beignets donc forcément j’ai eu une envie irrésistible d’en savourer. Étonnamment je n’en avais encore jamais réalisé. J’ai donc chercher sur le net la recette qui me paraissait la meilleure. J’ai choisi celle du blog « Bienvenue chez Christhummm ». Verdict: ils étaient succulents! Ils étaient très moelleux, fondants et leur goût était parfait.

Pour une vingtaine de beignets (mais tout dépend de leur taille):

– 500g farine

– 100g sucre

– 80g beurre doux

– 20g levure fraîche

– 3 oeufs

– 150ml lait tiède

– 10g sel

– eau de fleur d’oranger (la quantité que vous souhaitez)

– compote ou confiture de votre choix

– huile de friture

Délayer la levure dans un peu de lait. Mettre l’ensemble des ingrédients dans un saladier ou le bol du robot en ne mettant pas en contact la levure avec le sel et le sucre. Pétrir à la main ou au robot pendant 8 à 10 minutes. Couvrir d’un torchon et laisser lever environ 1H30. Etaler la pâte sur une épaisseur d’environ 1cm-1,5cm et découper des disques à l’emporte-pièce. Le mien faisait 4cm de diamètre. Déposer les beignets sur une plaque de papier sulfurisé et les couvrir d’un torchon. Laisser lever environ 1 heure.

Chauffer l’huile à environ 170°C et y plonger les beignets. Lorsque la première face est bien dorée, les retourner et laisser dorer la deuxième face. En fonction de la taille de votre casserole ou friteuse, vous pourrez en cuire plus ou moins en même temps. Déposer les beignets sur du papier absorbant.

Vous pouvez les déguster immédiatement saupoudrées de sucre glace ou bien les fourrer avec la compote ou la confiture de votre choix . Pour cela il vous faudra la mettre dans une poche à douille avec une douille assez fine et percer le beignet pour injecter le fourrage. La pâte a beignet étant peu sucrée, j’ai bien sucré ma compote afin d’apporter la petite touche sucrée qui leur manquait pour être parfaits. Les saupoudrer de sucre glace et les dévorer sans attendre 😉

Vous pouvez sans problème les congeler.

20131203_220332bis

Régalez-vous 😉